Non au syndrome de l’imposteur ! Vous êtes légitime !

Connaissez-vous le syndrome de l’imposteur ? Non ? Pourtant, vous l’avez sûrement déjà éprouvé au moins une fois.  (Tout de suite vous vous sentez moins seul !)

Le Syndrome de l’Imposteur, c’est cette petite voix intérieure qui vous murmure :

  • que vous n’êtes pas assez doué par rapport aux autres
  • que vos victoires et vos réussites ne sont dues qu’à la chance ou à n’importe quoi sauf vous
  • que vous n’avez aucun mérite dans ce qui vous arrive
  • que quelqu’un va finir par s’apercevoir que vous n’avez pas les compétences requises

Etc…

Le syndrome de l’imposteur est défini en psychologie comme le fait de nier la propriété de toute réussite. C’est en quelque sorte le petit démon sur notre épaule qui nous rappelle sans cesse que malgré le succès que l’on peut connaitre, on est un usurpateur, et qu’un jour la terre entière s’en rendra compte.

Les personnes souffrant de ce « syndrome » attribuent donc plus ou moins systématiquement leurs succès (et ceux de leur entreprise dans le cas des entrepreneurs) à des éléments extérieurs comme la chance, leurs relations, des circonstances particulières… Mais croyez-moi la chance arrive rarement quand on garde ses fesses sur le canapé !

On pourrait trouver cela sympathique d’avoir un peu d’humilité face à la réussite, mais il s’agit en fait d’un fort état de culpabilité, qui peut agir comme un plafond de verre professionnel.

On observe souvent deux types de réactions lorsqu’une personne souffre de ce syndrome de l’imposteur :

Soit les personnes vont travailler énormément (Overdoing) afin de s’auto-justifier en partie leur réussite, soit au contraire, elles vont travailler très peu (Underdoing) pour limiter leurs chances de succès.

J’ai souvent eu l’occasion d’échanger avec des entrepreneurs, qui m’ont avoir ressenti parfois ce sentiment d’imposture. En effet, après avoir passé plusieurs mois voire plusieurs années à galérer, il est difficile pour un entrepreneur d’imaginer que lorsque le succès pointe le bout de son nez, il en soit vraiment à l’origine… J’ai moi-même eu l’occasion de flirter avec ce vilain syndrome et je sais qu’il n’est jamais très loin. C’est souvent le cas lors de reconversions professionnelles, où arriver sur le tard dans une profession, on a cette fameuse tendance à se comparer au reste du monde et à se renvoyer une vilaine image dans le miroir. Certains autodidactes qui se sont fait « sur le tas », ressentent aussi parfois ce syndrome (pas de diplômes ou de qualification etc…)

Le syndrome de l’imposteur est donc monnaie courante dans la vie d’un entrepreneur. On peut en tirer du positif, si bien sûr on le tient à distance, il nous permet de rester vigilant, de nous remettre en question et nous oblige à continuer à nous former. Mais attention à ne pas le laisser entrer complètement ! Il doit être juste une alerte qui reste sur le pas de la porte !

Lorsqu’il pointe le bout de son nez, il peut être intéressant de se poser la question ? pourquoi à ce moment précis ?

Alors atteint ou pas ?

Voici quelques étapes pour vous aider à identifier et  lutter contre ce fichu syndrome de l’imposteur :

  • Auto-évaluation

Admettre que l’on souffre du syndrome de l’imposteur est déjà un premier cap de franchi. Voici une petite liste, si vous identifiez deux symptômes, alors bienvenu au club !

  • Face à une tâche à accomplir, soit vous procrastinez, et si vous réussissez c’est grâce à la chance, soit vous devez un bourreau de travail et donc si vous devez fournir autant d’effort c’est que vous manquez de compétence comparé à d’autres
  • Un échec survient ou une toute petite erreur et c’est la catastrophe
  • Face à un succès, vous paniquez ou culpabilisez
  • Vous dénigrez ou diminuez systématiquement vos compétences en cas de réussite, vous attribuez ça à la chance, au hasard, à un malentendu, à une tierce personne.
  • Vous vouez être le meilleur, vous visé la perfection car vous ne souhaitez pas que l’on vous accuse d’imposteur
  • Être fier de ses réussites :

Ne minimisez pas vos succès qu’ils soient actuels ou passés. Reconnaissez-les en toute objectivité.  Soyez en fier ! (Sans attraper la grosse tête)

  • Accepter les compliments

C’est parfois difficile d’accepter un compliment, vous pensez qu’on cherche avant tout à vous faire plaisir. Mais accepter des félicitations ou des remerciements fait du bien à l’estime de soi. Soyez poli, dîtes juste merci !

  • Oubliez le regard des autres

Vous vous comparez sans cesse et/ou vous avez besoin de l‘approbation des autres. Apprenez à être indulgent avec vous-même. Que les autres approuvent ou non, que vous ayez réussi ou non, vous êtes quelqu’un de valeur, regardez-vous avec bienveillance.

  • Assumez !

Savez-vous qu’Albert Einstein, Kate Winslet ou l’écrivaine Maya Angelou avaient ex aussi avoué être victimes du syndrome de l’imposteur ? Si, Si, Si !!!!! Alors vous aussi osez lever ce tabou et confiez-vous à une personne de confiance et vous verrez que vous aurez un retour positif !

Rien n’arrive par hasard, chaque résultat de votre entreprise est le fruit de l’une de vos décisions ou actions. Même-si vous avez l’impression d’échoué parfois dîtes vous que vous venez juste de trouver une manière à éviter pour mieux réussir ! Comment savoir comment réussir si on ne sait pas ce qu’il ne faut pas faire, des erreurs ? non de l’expérience !!!

Alors oui vous êtes légitime, que vous ayez des progrès à faire, des choses à apprendre c’est l’histoire de la vie ! Vous viendrait-il en tête d’expliquer à votre fils qui essaie désespérément d’apprendre à marcher et qui ne fait que tomber qu’il n’est pas légitime ??????

Je ne crois pas non !

Donc répétez après moi : Non au syndrome de l’imposteur ! Je suis légitime !!!

Et vous alors ? Souffrez-vous ou avez-vous souffert du syndrome de l’imposteur ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *